Comme chaque année, le lundi de Pâques est un jour férié. Cette année ce lundi particulier, le 13 avril, tombe dans le contexte délicat de la crise du Coronavirus. Les activités sont à l’arrêt au sein de nombreuses entreprises et des milliers de travailleurs se retrouvent en chômage temporaire pour force majeure.

Quel sera l’impact sur le paiement de ce jour férié ? 

En règle générale les jours fériés sont à charge de l’employeur et sont payés comme un jour de travail normal. Dans le cas d’une suspension de contrat pour chômage temporaire, le travailleur conserve son salaire normal si le jour férié tombe dans les 14 jours suivant le début de sa mise en chômage temporaire.

SOIT : la période ininterrompue de chômage temporaire a commencé depuis moins de 15 jours, soit le 31 mars ou plus tard.

® Le lundi de Pâques (le 13 avril) sera toujours à charge de l’employeur. Il sera rémunéré comme un salaire normal

SOIT : le travailleur a été mis en chômage temporaire pour force majeure par son employeur depuis plus de 14 jours calendriers consécutifs.

®Il ne percevra pas de salaire pour le lundi de Pâques, mais une allocation de chômage temporaire de l’ONEM.

SOIT : l’employeur alterne des jours d’occupation et des jours de chômage temporaire et l’employé a travaillé au moins un jour depuis le 31 mars 2020.

® Le lundi de Pâques (le 13 avril) sera toujours à charge de l’employeur. Il sera rémunéré comme un salaire normal