À situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles. En raison de la crise du coronavirus, certaines mesures concernant le chômage ont été mises en place. La dégressivité, déjà gelée pour 5 mois, a été prolongée d’un mois. Concrètement, le montant des allocations auquel vous aviez droit le 1er avril est garanti jusqu’au 30 septembre 2020 sans diminution. En effet, vos allocations ne seront pas diminuées sur cette période.

Le gouvernement a prolongé jusqu’au 30 septembre certaines des mesures qui devaient expirer à la fin du mois d’août. Les allocations de chômage complet ne diminuent pas et la durée des allocations d’insertion est garantie pendant cette période. Ces décisions ont été prises à la demande expresse des syndicats. Il est en effet extrêmement difficile de trouver un emploi pour l’instant.

Suspension de la réduction des allocations

Le montant de vos allocations en tant que chômeur complet diminue normalement au fil du temps. C’est ce qu’on appelle la « dégressivité ». Cette diminution est gelée du 1er avril au 30 septembre.

Concrètement, le montant des allocations auquel vous aviez droit le 1er avril est garanti jusqu’au 30 septembre 2020. Vos allocations ne seront pas diminuées.

Si vous introduisez une demande d’allocations de chômage complet entre le 1er avril et le 30 septembre et que vous n’avez pas perçu d’allocations à cette date (parce que vous travailliez par exemple), vous percevrez le montant le plus avantageux en fonction de votre situation :

  • le montant auquel vous auriez eu droit le 1er avril si à la date de la demande, les allocations auxquelles vous pourriez prétendre étaient moins élevées (parce que vous êtes dans une phase de dégressivité inférieure) ;
  • le montant auquel vous avez droit lors de votre demande d’allocations, si au contraire le 1er avril vous auriez eu droit à des allocations plus basses (parce que vous êtes à nouveau dans une phase de dégressivité supérieure).

Cela signifie que la dégressivité de vos allocations est retardée de 6 mois. La phase d’allocations dans laquelle vous vous trouviez le 1er avril, et les phases suivantes, sont gelées et commenceront 6 mois plus tard, après le 30 septembre.

Droit aux allocations d’insertion

La période du 1er avril au 30 septembre 2020 n’est également pas prise en compte dans le calcul de la durée des allocations d’insertion auxquelles vous avez droit en tant que jeune diplômé.e.

Le droit de base aux allocations d’insertion, limité à 36 mois en temps normal, est prolongé de 6 mois, soit jusqu’au 30 septembre 2020.

Les personnes atteintes d’un handicap médical, mental, psychiatrique ou psychologique grave (MMPP) dont le droit a pris fin le 31 mars 2020 conserveront leurs allocations d’insertion jusqu’au 30 septembre 2020. Le droit aux allocations de sauvegarde a été reporté au 1er octobre 2020.

Si vous ne pouviez pas demander d’allocations d’insertion avant d’avoir atteint l’âge de 25 ans parce que vos études ont été interrompues ou que vos examens ont été reportés en raison des mesures Covid19, rassurez-vous ! Vous pouvez soumettre votre demande d’allocation jusqu’à 13 mois après la fin de vos études.